Les meilleurs commentaires seront publiés dans le journal !

Keyword - ministre

Fil des billets - Fil des commentaires

16juil.

Nora Berra n'a pas froid... aux yeux

Stop ! Arrêtons les polémiques indignes. C’est vrai à la fin. Il faut être particulièrement de mauvaise foi pour utiliser la santé précaire d’une élue afin de la déstabiliser politiquement. Après Le Canard Enchaîné mercredi, c’est au tour du Progrès de ce jeudi d’en remettre une couche. Voilà donc notre secrétaire d’Etat aux Anciens Nora Berra qui se retrouve épinglée à cause d’une malheureuse grippette qui a, c’est vrai, un peu traîné en longueur.
Nora Berra est tombée malade au lendemain des élections municipales. Le collègue médecin auquel elle a fait appel n’est certainement pas homme à rédiger des certificats de complaisance. Son arrêt de travail pendant près de six mois - entre le 28 mai et le 6 novembre 2008 - était donc bien évidemment lié à son état de santé.
Qui s’en étonnerait d’ailleurs ? Les lecteurs des Potins l’auront compris : la maladie de Nora Berra n’est que la conséquence directe de ses conditions de vie précaire juste avant les municipales. Certains ont insinué qu’elle n’a jamais habité la maison pour laquelle elle aurait antidaté un bail, histoire de disposer d’un domicile fictif dans l’arrondissement où elle était candidate. Que les choses soient claires. Tout cela n’est que mensonge. Comme nous l’avons raconté dans notre précédent numéro du 2 juillet, Nora Berra a vécu pendant près de six mois dans un modeste pavillon du 8e arrondissement sans eau, sans électricité et surtout sans chauffage. Pas étonnant qu’elle nous ait fait une méchante poussée de fièvre qui l’a gardée au lit pendant toute cette période.
Bien sûr, me direz-vous, son mal ne l’a pas empêché de participer à diverses réunions du conseil municipal et d’arrondissement. Ni de continuer à percevoir ses 1 294 euros d’indemnités mensuels. Et alors ? Ses détracteurs auraient-ils préféré qu’elle reste chez elle, au risque de voir son mal empirer dans une maison glaciale ? Nora Berra a choisi la bonne solution. Elle a multiplié les occasions d’aller se réchauffer à l’Hôtel de Ville et en mairie du 8e. Mieux ; elle est allée elle-même chercher chaque mois son indemnité dans les locaux de la trésorerie, grappillant ainsi quelques minutes de chaleur.
Le reste, tout le reste, n’est que jalousie.

30juin

Quand Nora Berra vivait sans gaz ni électricité

La toute nouvelle secrétaire d'Etat du gouvernement Fillon est arrivée à Lyon en 2007. Elle ne bénéficiait alors même pas du confort minimal. Pour en savoir plus, achetez l'article.

17juin

Sarko en veut au conseil général du Rhône

Il a quoi contre notre département, le Président ? Pourquoi rêve-t-il de décapiter son exécutif ? En tout cas, c’est maintenant une certitude, il en veut… des ministres issus du conseil général. Les aura-t-il ? C’est une autre histoire.

Voilà qu’après avoir convoité son président, l’éternel ministrable Michel Mercier, Le Figaro nous apprenait mardi que le Chef de l’Etat lorgne également sur son premier vice-président, Dominique Perben. Que les Rhodaniens se rassurent (et les élus se désolent), Nicolas Sarkozy n’envisage pas a priori de faire rentrer l’ensemble de l’exécutif du Département au gouvernement. Ça aurait de la gueule, pourtant (défense de rire, s’il vous plait).

Reste quand même une question : comment va fonctionner le conseil général si les deux premiers membres de l’exécutif deviennent ministre ? Il semblerait en effet que la fonction puisse leur donner quelque activité.

Si Michel Mercier consacre à son ministère tout le temps qu’il passe actuellement à l’Elysée, ça lui donnerait déjà de quoi faire. Mais quand même, entre Paris et Thizy…

Que Jean-Luc da Passano, le deuxième vice-président du conseil général, ne commence pas à se frotter les mains pour autant. Si ça se trouve, c’est le directeur général des services du Département, Pierre Jamet, qui va continuer à tout gérer.

Et l’important et incontournable secteur de la vie associative (défense de rire à nouveau, s’il vous plait), pierre angulaire de la politique départementale, quid ? Ce maroquin, ça voudrait dire qu’on ne verrait plus Dominique Perben à Lyon ? Honte à ceux qui estiment que ça ne changerait pas grand chose ! On sait bien que Sarko veut repousser l’âge de la retraite. Mais jusqu’à quand ils vont faire trimer Simone André pour continuer à suppléer Perben lors du forum des associations ?



Editions Ventotene SA au capital de 149 000 euros. Directeur de la publication Gérard Angel 38 rue thomassin 69002 Lyon 04 78 42 57 97 Fax 04 78 92 82 74