Devoir ou déboire dominical

En démocratie, c’est tous les tours dimanche. Mais tous les appelés des listes ne vont pas choisir un potentiel élu. Par paresse, certains veilleurs de boîte de nuit dédaignent l’urne diurne du lendemain. Par désenchantement, ceux qui ne croient plus à l’incarnation républicaine en l’homme présidentiel ou la femme providentielle


Ce contenu est réservé aux lecteur-trice.s abonné-e-s des Potins d'Angèle. Si vous souhaitez lire la suite de celui-ci, connectez-vous ci-dessous ou abonnez-vous.

Connexion pour les Utilisateurs enregistrés