André contre André, il faudrait être fous pour demander plus !

Le 20 Mai dernier, Loïc Besson arbitrait son habituel combat de sumos entre André Gerin d’un côté, 1m75 à l’encolure, soixante ans de communisme de stricte obédience au compteur, et André Soulier de l’autre, une carrière politique inspirée par la flèche de Zénon, celle qui n’atteint jamais son but.


Ce contenu est réservé aux lecteur-trice.s abonné-e-s des Potins d'Angèle. Si vous souhaitez lire la suite de celui-ci, connectez-vous ci-dessous ou abonnez-vous.

Connexion pour les Utilisateurs enregistrés