Mon Dieu quel malheur d’avoir un mari ministre

On aurait tort de croire que la promotion de Gérard Collomb place Beauvau a transporté son épouse d’allégresse. En fait, c’est tout le contraire.

Caroline a tenté jusqu’au dernier moment de convaincre son mari de ne pas accepter le poste de ministre de l’Intérieur. Il est vrai qu’elle est aujourd’hui sa toute première victime. En tant que juge au tribunal administratif de Toulon, Caroline Collomb est fréquemment amenée à trancher des affaires dans lesquelles l’État et le gouvernement sont parties prenantes. Et souvent, c’est même directement le ministère de l’Intérieur. Dès lors, on se retrouve face à une situation potentiellement porteuse de conflit d’intérêt. On voit mal comment Caroline Collomb pourrait donc conserver ses fonctions actuelles.

De là à mettre totalement entre parenthèses sa carrière professionnelle, il y a un pas qu’elle n’est probablement pas décidée à franchir. Heureusement pour elle, les missions au sein de la justice administrative sont aussi diverses et nombreuses. On peut imaginer qu’il lui sera demain possible de trouver un poste correspondant à ses compétences et qui ne la mette pas en porte-à-faux vis-à-vis de son ministre de mari.

GA

Laisser un commentaire