Akim Omiri dans sa tournée de bonjours

La dernière fois qu’on a eu affaire à un Akim, il portait un slip panthère et assommait les tigres à coups de poings, en pleine jungle. Celui-ci a l’air plus tranquille, tenue de ville, tunique artistiquement déchirée, pantalon molletonné couleur sable.


Ce contenu est réservé aux lecteur-trice.s abonné-e-s des Potins d'Angèle. Si vous souhaitez lire la suite de celui-ci, connectez-vous ci-dessous ou abonnez-vous.

Connexion pour les Utilisateurs enregistrés