A La Sauvagère, (Lyon 9è), les parents attendent toujours l’adjointe à l’éducation

Il  y en a que la double élection d’Anne Brugnera et d’Hubert Julien-Lafferrière n’arrange pas, ce sont les parents de l’Ecole La Sauvagère, à Lyon 9ème. Cet établissement situé à côté du quartier de l’Industrie accueille près de 120 enfants dans des conditions dignes d’une sous-préfecture de la Creuse.Bâtiments datant des années 50, vieillis, délabrés, sur le photos on dirait des entrepôts désaffectés. Les vitres ne sont pas très épaisses, comme ça se faisait à l’époque, elles laissent bien passer la chaleur, l’hiver. Une cour d’école un rien défoncée, avec du revêtement goudronné plein de crevasses et de flaques, il paraît que les enfants s’y blessent régulièrement. Et surtout un manque d’équipement criant. Pas de salle informatique. Pas même de salle de motricité, l’autre nom inventé par les pédagogues pour dire : de gymnastique. C’est pourtant obligatoire. Alors dimanche, les parents d’élèves ont installé une banderole entre deux arbres où on pouvait lire : “Parents, instits présents, Mairei absente, une ambition pour l’école?” Certes, ce n’est pas explicite, mais on sent bien qu’il se passe quelque chose. Et bien Hubert Julien-Laferrière non. Il est venu voter dimanche, vu que c’est son bureau de vote, il n’a rien remarqué.

 

Ca fait des années que les parents d’élèves essaient d’obtenir une action ou même un rendez-vous avec Anne Brugnera, pas moyen. Ca va être encore plus difficile maintenant. Les deux ont les yeux tournés vers Paris et les cartons sont prêts. La Sauvagère n’est pas prioritaire. On préfère toujours construire du neuf que d’entretenir de l’ancien, et là, depuis vingt ans rien n’a été fait, il faudrait tout reprendre. Et puis à Lyon, tout est géré par la mairie centrale, les 150  écoles, alors avant que le dossier arrive en dessus de la pile. Rendez-vous à la rentrée. Si rien ne bouge, ils sont décidés à bloquer la circulation sur le quai.

PG

Laisser un commentaire