Les abonnés de l’OL adressent une lettre ouverte à Jean-Michel Aulas

L’augmentation des tarifs d’abonnement leur reste en travers de la gorge

 

«Une fois n’est pas coutume, mais nous souhaitions vous faire part de notre mécontentement concernant votre politique tarifaire pour les abonnements de la saison 2017-2018. C’est un véritable scandale ; quel manque de respect pour vos anciens abonnés qui sont apparemment là que pour payer le stade le plus rapidement possible. Tout est fait pour les entreprises avec des places géographiquement bien placées dans l’axe central à des tarifs très avantageux pour les comités d’entreprises. Effet pervers, ce ne sont jamais les mêmes personnes qui viennent au stade donc ambiance désastreuse, des sifflets dès que les résultats ne suivent pas.

 

Des augmentations de 17 à 40 % par abonnement. Scandaleux alors que l’inflation est de 1 % en France ; cherchez l’erreur !

On pourrait croire que pour ce prix vous alliez offrir un parking (un des rares stades en France où il faut payer cher un parking pour venir voir un spectacle) mais le prix de l’abonnement a été finalement calculé, augmenté pour offrir un parking qu’à partir de trois abonnés.

Mais la plus grosse arnaque est dans la soi-disante possibilité de revendre sa place si on ne vient pas au stade. À 36 euros minimum la place au 1er niveau, elle ne sera jamais vendue puisque de votre côté vous allez pratiquer le « Yield Management » qui vous permettra de vendre toutes vos places restantes à des prix très attractifs ; donc nous n’aurons aucune chance de vendre les nôtres.

Quid des 100 millions des Chinois ?

Quid des 47 millions des droits télé ?

Quid des 42 millions des revenus de la Champion’s League ?

Nous voyons bien le manque de respect quand on voit le sort que vous réservez au capitaine Gonalons qui a osé dire que le club n’était pas ambitieux. Et oui nous pensons qu’il avait raison, la preuve on vend nos quatre meilleurs joueurs à gros salaires pour recruter des jeunes à faible rémunération et à fort potentiel de revente. Nous sommes dans le marchandising à fond au détriment du sportif ; tout cela sous la direction de M. Harry Morel. Comme à Arsenal pendant au minimum cinq ans, nous n’aurons pas d’équipe digne de ce nom capable de jouer le Championnat et la Ligue des Champions. L’avenir nous donnera raison, tout simplement.


Ce contenu est réservé aux lecteur-trice.s abonné-e-s des Potins d'Angèle. Si vous souhaitez lire la suite de celui-ci, connectez-vous ci-dessous ou abonnez-vous.

Connexion pour les Utilisateurs enregistrés