Llung-Kimelfeld, le torchon brûle

Lundi doit avoir lieu l'élection du nouveau président de la métropole lyonnaise en remplacement de Gérard Collomb. C'est David Kimelfeld qui devrait hériter de la couronne, selon le voeu du président sortant. Mais l'élu villeurbannais Richard Llung ne lâche pas l'affaire. Il maintient sa candidature contre lui et argumente. Dans une lettre adressée à tous les groupes politiques de la métropole, il affirme avoir rencontré personnellement au moins le tiers des représentants des communes du Grand Lyon et propose un projet de gouvernance pour le moins alternatif. Beaucoup de municipalités, selon lui, se plaignent d'un manque d'écoute et de reconnaissance de la part de la structure métropolitaine. Il propose de donner une place plus importante aux conférences des maires, de composer le cabinet du président avec des conseillers de différentes tendances politiques, d'ouvrir la commission permanente à d'autres groupes comme l'UDI, le GRAM ou LR (voire : le FN). Surtout, il propose de s'atteler dès maintenant à revoir le mode d'élection des conseillers métropolitains prévu pour 2020. Dans la formule actuelle il s'appuierait sur des "cantons"aux contours difficiles à identifier pour l'électeur. Lui souhaite une circonscription unique calée sur la métropole et un scrutin proportionnel avec prime majoritaire de 25%.

Lettre complète à lire ici. 

Lire aussi Llung prêt à perturber l'élection de Kimelfeld

Laisser un commentaire