ECHOS

ILLUSIONS
Promu premier vice-président de la Métropole, Marc Grivel est tout fier de son nouveau titre. Le maire de Saint-Cyr-au-Montd’Or a promis à ses amis de Synergie de mettre à profit ses nouvelles responsabilités pour obtenir gain de cause sur la représentation de toutes les communes au sein du conseil métropolitain.
C’est beau les illusions.

TAQUIN
Lors de la dernière réunion du conseil métropolitain, le vice-président aux finances Richard Brumm a pris la parole pour remercier les services de « l’avoir aidé à préparer le compte administratif ». Et d’ajouter, en défendant le rôle des élus :
« Je ne peux accepter qu’un élu, lui-même membre d’un exécutif puisse déclarer que la fonction d’un élu reste limitée et qu’elle se cantonne à porter la bonne parole ».
On imagine que les oreilles de Roland Bernard ont dû siffler...

NUMERIQUE
Marchant dans les pas de Gérard Collomb, le président David Kimelfeld a fait sa rentrée en conviant les journalistes à faire le tour des chantiers de la Métropole. Il s’est toutefois démarqué de son prédécesseur qui se limitait au béton, bâtiments et autres ouvrages de TP et prenait un plaisir visible à faisait un tour complet des grues de chantier. Si Kimelfeld n’a pas manqué à la tradition des grues, il a également tenu à organiser la visite de l’Urban Lab Erasme, le lieu discret où la Métropole mise sur les nouvelles technologies pour inventer l’avenir.
Dommage que Collomb n’ait pas été présent. Ça l’aurait sûrement intéressé...

HEROS
De son côté, Georges Képénékian peut se targuer d’être devenu un véritable héros en Arménie. Le lendemain de son élection comme maire de Lyon, il a eu l’honneur de faire la une du principal quotidien du pays. Cerise sur le gâteau, les téléspectateurs arméniens ont même eu droit à une interview de l’incontournable Jeanine Paloulian.
À quand une souscription publique pour réaliser une statue géante de Képé et l’offrir aux Arméniens pour qu’elle orne la principale place d’Erevan ?

NOSTALGIE
Après son élection comme maire, Georges Képénékian affirme avoir hésité à s’installer dans le bureau de Gérard Collomb. Il est vrai que quelques jours après son élection, il a retrouvé son prédécesseur installé dans son bureau (voir la Lettre de Ferney).

TELEPHONE
Tout le monde le sait, Gérard Collomb n’a pas pris beaucoup de vacances cet été. Entre les incendies en Corse et sur la Côte, les actes terroristes et le train-train quotidien, le ministre de l’Intérieur n’a pas eu le temps de beaucoup s’ennuyer. Cela ne l’a pas empêché de trouver le temps de téléphoner au nouvel adjoint à la Culture Loïc Graber qui était en vacances en Thaïlande. Et l’appel n’était pas pour le féliciter...

VESTIAIRE
Chacun a pu s’en rendre compte, Gérard Collomb n’a pas déserté Lyon, bien au contraire. Rien que samedi dernier, il a participé au forum des associations, il a inauguré la caserne des pompiers (voir le Pince Fesses) et assisté au match de rugby à Gerland. À l’issue de la rencontre remportée par le Lou, il a même failli aller faire un tour dans les vestiaires pour féliciter les joueurs. Il en a été empêché par son épouse Caroline qui, sans ménagement, l’a prié devant tout le monde de mettre les voiles. Du coup, il a été privé du superbe feu d’artifice qu’a fait tirer Olivier Ginon.

CASQUETTE
Il y avait du beau monde à Gerland samedi. Quelques invités, à commencer par l’architecte Albert Constantin, arboraient fièrement une casquette siglée « Macron ». Renseignements pris, il ne s’agit nullement d’un engagement politique (encore que...). Le Macron en question n’est que le nom de l’équipementier sportif qui compte parmi les sponsors du LOU.

SOMMET
Gérard Collomb aura encore plein d’occasions de revenir bientôt à Lyon. Si nos informations sont exactes, la ville devrait accueillir le 27 septembre le prochain Sommet franco-italien. On imagine que le ministre de l’Intérieur aura à cœur d’accompagner Emmanuel Macron.


DEPUTES
Les nouveaux députés macronistes ont découvert l’eau chaude. Recevant lundi dernier les journalistes, Bruno Bonnell a expliqué que lui-même et ses collègues ont consacré leurs deux premiers mois à comprendre le fonctionnement de l’Assemblée Nationale. Sous l’œil amusé du vieux routier qu’est Yves Blein, il a même expliqué qu’une grande partie du travail se déroule en commission, en dehors de l’hémicycle.

FORMATAGE
Un député macroniste qui ne manque pas d’humour (à moins qu’il ait simplement perdu la mémoire), c’est Jean-Luc Fugit. Devant les journalistes, il a expliqué qu’il considère comme un atout de « n’avoir pas été formaté par un parti politique ». Voilà qui est amusant de la part d’un homme qui, il y a quelques mois encore, militait au Parti Socialiste pour lequel il a d’ailleurs été candidat (malheureux) aux municipales et sur la liste Queyranne aux régionales.

PRESIDENT
À propos de la Région, on sait que Laurent Wauquiez devrait bientôt annoncer la composition de son nouvel exécutif. Élu député, le Modem Patrick Mignola abandonne sa vice-présidence. Le poste pourrait revenir à Martine Guibert. Quant à Mignola, il reste conseiller régional et devrait remplacer Michel Fanget comme président du groupe Modem.

HANDICAP
De son côté, Laurent Wauquiez n’oublie pas qu’il préside la deuxième région de France. La semaine dernière, il a rencontré la presse pour se faire mousser sur son engagement en faveur des handicapés. La presse écrite et audiovisuelle a largement fait écho aux 4 millions que la Région va financer à ce titre. Voilà qui prouve qu’en matière de communication, Wauquiez est un champion. Avec 4 millions, il fait la une des journaux alors que dans le même temps les départements (67 millions pour le seul Rhône) et la Métropole (360 millions) dépensent des centaines de millions d’euros chaque année et qu’on en parle quasiment pas.
On pourrait demander à David Kimelfeld et Christophe Guilloteau ce qu’ils en pensent.

ASCENSION
Dimanche dernier au Mezenc, Laurent Wauquiez a organisé sa traditionnelle rentrée politique. Après son discours, les plus courageux l’ont suivi dans sa marche jusqu’au sommet. Tel a notamment été le cas du Lyonnais Christian Gelpi qui peut espérer que la Région va continuer à financer si généreusement ses fameux Pennons.

CANDIDAT
Depuis un bon moment en délicatesse avec ses anciens amis du Medef, Guy Mathiolon a fait discrètement son retour cette année à Jouy-en-Josas où il a participé à l’Université d’été du syndicat patronal. Il aurait pu y croiser Patrick Martin, le président régional du Medef. Lequel s’active déjà beaucoup dans la perspective de l’élection du prochain président du Medef. Martin qui est activement soutenu par Jean-Louis Joly, se verrait bien dans la peau du successeur de Pierre Gattaz.

TELEVISION
Au moins, on ne pourra pas reprocher au préfet de région Henri-Michel Comet de ne pas assez communiquer. Il vient de renforcer son service communication qui comprend désormais six personnes, notamment l’ancienne journaliste Christelle Monteagudo. Misant sur les nouveaux médias, la préfecture dispose désormais de sa propre chaîne de télévision sur Youtube.

Laisser un commentaire