ECHOS

GOULAG

À la Métropole, Michèle Picard laisse fréquemment son adjoint Pierre-Alain Millet s’exprimer sur les dossiers discutés. Tel a encore été le cas lundi soir à propos du PLU-H. Face aux journalistes, en revanche, elle ne laisse à personne le soin de parler. Lors de sa conférence de presse de rentrée, la maire de Vénissieux a même semblé vouloir battre un record de rapidité en lisant son discours à la vitesse d’un Staline expédiant ses adversaires au goulag.

Vous devez vous connecter pour voir le contenu.SVP . Pas encore abonné ? Vous abonner