Fuir le bonheur avant qu’il se sauve

Un spectacle tout tourneboulé à Gerson

Sur scène : un landau. Un vrai. Pas une de ces capsules SUV à roues de camion qui jouent lex Mad Max en promenant des bébés sur les trottoirs. Un landau, tout ce qu’il y a d’honnête avec sa nacelle et ses roues à rayons. Côté jardin une table de bistrot. Côté : tout au fond, un étagère de bric à brac. Une paire de charentaises traîne par ci par là.


Ce contenu est réservé aux lecteur-trice.s abonné-e-s des Potins d'Angèle. Si vous souhaitez lire la suite de celui-ci, connectez-vous ci-dessous ou abonnez-vous.

Connexion pour les Utilisateurs enregistrés