Comment Singapour nous a soufflé le centre anti-criminalité

À Lyon, on n’a pas oublié le couac de l’implantation à Singapour du centre anti-criminalité. En poste dans les années 2010, le secrétaire général de l’organisation, l’Américain Ronald K. Noble, n’a pas vraiment défendu la cause lyonnaise. L’homme n’a jamais aimé la ville. S’il n’avait tenu qu’à lui, il n’aurait probablement pas hésité à transférer la totalité du siège d’Interpol dans la ville-cité.


Ce contenu est réservé aux lecteur-trice.s abonné-e-s des Potins d'Angèle. Si vous souhaitez lire la suite de celui-ci, connectez-vous ci-dessous ou abonnez-vous.

Connexion pour les Utilisateurs enregistrés