Michel Mercier renonce au Sénat : la fin d’une aventure toute personnelle

En qualifiant de « profondément injuste le sort de Michel Mercier », Gérard Collomb aurait mieux fait de se taire. Le ministre de l’Intérieur et numéro 2 du gouvernement n’est pas le mieux placé -loin s’en faut- pour prendre publiquement la défense d’un élu sur lequel pèsent des soupçons d’emplois fictifs.


Ce contenu est réservé aux lecteur-trice.s abonné-e-s des Potins d'Angèle. Si vous souhaitez lire la suite de celui-ci, connectez-vous ci-dessous ou abonnez-vous.

Connexion pour les Utilisateurs enregistrés