Ripaille à la Vieille canaille

Bon vins, bonne chère, ambiance rétro : on n’en demande pas plus pour faire un peu de gras contre le froid

C’est le genre de météo fraîche et grisâtre qui vous jette tôt ou tard, mais plutôt tôt que tard, dans les gamelles de la cuisine canaille, quenelle, andouillette, terrine et compagnie. Comme on ne peut pas toujours se goinfrer à La bonne fourchette, au Garet ou au Morgon, je me suis fait tuyauter par Patrice Thollet, mon vigneron favori en Coteaux du Lyonnais. En trinquant dans son caveau de la Petite Gallée à Millery, il m’a glissé : « Vieille canaille distribue mes vins sur Lyon. C’est aussi un bistrot qui sert de la bonne cuisine ». Voilà comment j’ai poussé la porte de ce réconfortant bistrot de cuisine traditionnelle.


Ce contenu est réservé aux lecteur-trice.s abonné-e-s des Potins d'Angèle. Si vous souhaitez lire la suite de celui-ci, connectez-vous ci-dessous ou abonnez-vous.

Connexion pour les Utilisateurs enregistrés