Givors : Martial Passi méchamment recadré par la CRC

Rarement un rapport de la Chambre régionale des comptes aura été aussi sévère vis-à-vis d’une collectivité. Celui que les magistrats viennent de consacrer à Givors met en évidence bien des dérives dans la gestion financière de la commune.
Déjà en délicatesse avec la justice, l’ex-maire Martial Passi en prend pour son grade. Cabinet pléthorique, recrutement contestable du directeur général des services, organisation défectueuse de l’administration municipale, utilisation abusive des téléphones portables, gestion calamiteuse des carburants, indemnités de représentation du maire non justifiées, effectifs très élevés, etc. : les reproches pleuvent aussi dru que la pauvreté dans un pays communiste. Morceaux choisis…


Ce contenu est réservé aux lecteur-trice.s abonné-e-s des Potins d'Angèle. Si vous souhaitez lire la suite de celui-ci, connectez-vous ci-dessous ou abonnez-vous.

Connexion pour les Utilisateurs enregistrés