Mon Cher Ami,

Quel sinistre personnage ! Le jeune conseiller Pasquier a longtemps été un fidèle de la fille du Breton La Barre, laquelle tente de se parer des habits de la modernité mais est en réalité aussi intolérante que ne l’était son père. Pasquier a siégé plusieurs années durant au sein du Conseil provincial. Non content de n’avoir aucune culture, de n’être qu’un sot, un fat et un fanfaron, il est un digne successeur des inquisiteurs de la pire espèce. Au nom d’une conception dévoyée de la religion catholique, il n’a rien à envier à ceux qui ont condamné sans preuve, roué et finalement assassiné le pauvre Calas. Laisserait-on une once de pouvoir à Pasquier et ses semblables qu’ils rallumeraient les bûchers, pratiqueraient allègrement la question, arracheraient les langues et organiseraient sans l’ombre d’un regret une nouvelle Saint-Barthélémy.

Que Dieu nous protège de ces esprits étriqués héritiers directs de l’obscurantisme religieux. La semaine dernière, quelques-uns sont allés perturber une paisible messe à laquelle participait le cardinal Primat des Gaules. Ils ont chanté, que dis-je hurlé des Je vous salue Marie pour protester contre la présence de pasteurs réformés. On se croirait revenus un siècle ou deux en arrière.

 

Faut-il être borné et stupide pour mener aujourd’hui des combats qui n’ont plus lieu d’être. Certains dans un passé récent ont massacré des millions de juifs moins pour leur religion que pour leurs prétendues origines raciales. Aurait-il vécu à cette époque que l’intolérant Pasquier n’aurait pas manqué de participer à cet épouvantable massacre. Avec lui, les juifs n’auraient pas été les seuls à être jetés au bûcher. Protestants et réformés auraient eu droit au même traitement. Tels les conquistadors aux Amériques, il n’aurait pas manqué de chanter Dieu est amour en maniant l’épée, le mousqueton et l’arquebuse contre tous ceux qui auraient le tort de ne pas vénérer le même Dieu que lui. Lui et ses amis rêvent de punir de mort le crime de blasphème. Le monde qu’ils nous offriraient fait froid dans le dos. Ils n’hésiteraient pas à condamner un jeune pour ne s’être pas découvert devant une procession du Saint-Sacrement.

 

Pasquier ne vaut pas plus cher que les assassins d’Allah qui répandent la mort et la terreur sur tous les continents.

Reconnaissez avec moi que face à un tel obscurantisme, il reste plus que jamais nécessaire d’écraser l’infâme.

 

Je vous embrasse comme je vous aime,

 

Vale

Laisser un commentaire