Gourmandises : La galette prend le pouvoir

Arnaque industrielle ou produit luxe, la galette couronne les rois mais peut aussi les démettre

 

A la frangipane, briochée, aux fruits, au chocolat… vous la préférez comment ? Chez les boulangers-pâtissiers, la galette des rois est devenue un enjeu commercial. Figurez-vous qu’au début des années 1900, elle était encore un simple cadeau que les boulangers offraient à leurs bons clients. Une coutume qui a fini par céder face au dictat de la comptabilité analytique. Voilà comment aujourd’hui on trouve tout et n’importe quoi, depuis l’arnaque industrielle à 1,90 € jusqu’à la galette artisanale à 40 €.


Ce contenu est réservé aux lecteur-trice.s abonné-e-s des Potins d'Angèle. Si vous souhaitez lire la suite de celui-ci, connectez-vous ci-dessous ou abonnez-vous.

Connexion pour les Utilisateurs enregistrés