Art scénique et vieilles rancoeurs

Une comédie loufoque au Complexe du Rire

Sur scène un magnifique fauteuil Empire de pétasse, une coiffeuse avec accessoires, et un petit guéridon à roulette portant un écran de contrôle pour surveiller ce qui se passe sur scène. On est dans une loge. Sur le mur, des affiches annonçant un gala de charité, avec portrait de la vedette qui se la pète un peu : Sylvie Flaubert. Manifestement, elle n’est pas arrivée.


Ce contenu est réservé aux lecteur-trice.s abonné-e-s des Potins d'Angèle. Si vous souhaitez lire la suite de celui-ci, connectez-vous ci-dessous ou abonnez-vous.

Connexion pour les Utilisateurs enregistrés