La cuisine du Lyonnais Benjamin Bouvard est aussi esthétique que savoureuse

Au début, on n’y fait pas attention. Mais à mesure que la clientèle arrive, ça devient une évidence : à midi au Zeste gourmand s’attablent deux fois plus de femmes que d’hommes. Notez bien que cela n’est pas pour me déplaire. C’est juste que ça interpelle le réel, comme disent les cultureux. Pourquoi donc la gent féminine est-elle attirée à ce point par cette nouvelle adresse ? À cause du zeste, sans doute, qui évoque autant la saveur fruitée que la légèreté. Et qui rend pardonnable le péché de gourmandise, à vrai dire inévitable au regard de la carte.


Ce contenu est réservé aux lecteur-trice.s abonné-e-s des Potins d'Angèle. Si vous souhaitez lire la suite de celui-ci, connectez-vous ci-dessous ou abonnez-vous.

Connexion pour les Utilisateurs enregistrés