Jean-Michel Aulas : si ma tante en avait,  on l’appellerait mon oncle

Nos lecteurs le savent, nous ne sommes pas vraiment des amateurs de football. Les prouesses de l’équipe de Jean-Michel Aulas nous laissent très largement indifférents. Si nous nous intéressons parfois (souvent ?) au président de l’OL, c’est moins en raison de ses prouesses sportives que pour évoquer son comportement de quasi dictateur qui refuse que l’on puisse oser ne pas célébrer quasi religieusement son génie. 

Vous devez vous connecter pour voir le contenu.SVP . Pas encore abonné ? Vous abonner