Matthieu Ponson prend de la bouteille

En Bourgogne et au pied du Ventoux, comment un cadre sup’ répond à l’appel de la terre

 

Si ce n’est lui, c’est donc son frère ! A Lyon, dans la famille Ponson, tout le monde connaît Thomas, le restaurateur : depuis une quinzaine d’années, cet Ardéchois colonise la moitié de la rue Laurencin avec ses multiples affinités gastronomiques. Aujourd’hui, voilà qu’un autre Ponson, natif de Cornas, arrive sur le marché, côté vins cette fois : Matthieu, son frère aîné. Lui aussi est connu à Lyon : il est l’un des fondateurs de Sogelink, société informatique de services aux entreprises du BTP. « Après une dizaine d’années, j’ai commencé à me lasser des comités de directions et des analyses stratégiques ; je suis plus attiré par le concret et les contacts. J’ai eu envie de repartir de zéro » m’a-t-il confié devant un étonnant râble de lapin farci aux asperges et morilles, l’un des plats de saison cuisinés par le frangin.

Petit-fils d’œnologue, passionné de vin et pris par un impérieux désir de retour à la terre, Matthieu Ponson a tout d’abord acheté en Bourgogne le domaine Les Crêts. Avec la complicité du vigneron François Lequin (côtes-de-beaune) il produit deux mâcon-chardonnay, comme cet agréable climat L’échenault de serre 2015, à la fois tendu et floral. Peu après, il s’est installé au pied du Ventoux, à Caromb, son épouse marseillaise étant peu encline à s’aventurer au nord de Valence. Heureuse négociation familiale. Dans ce pays de terre rouge, entre Ventoux et Dentelles de Montmirail, Matthieu Ponson s’épanouit autour d’une petite structure artisanale tout en apprenant la culture de la vigne et la vinification. « Je suis avant tout un entrepreneur et je veux savoir tout faire, jusqu’à la commercialisation ».

Dans cette région où les prix sont encore abordables (20 000 € l’hectare), il a repris le domaine de Piéblanc. Désormais vigneron à temps complet, il produit des rouges comme La Tuilière, léger et épicé (AOC ventoux). Ou encore Les Hauts, qui a plus de matière mais garde une certaine fraîcheur grâce celle des nuits, à 300 m d’altitude (AOC beaumes-de-venise). Ce vin s’est révélé un excellent compagnon de route sur la purée de pommes de terre fumées et boudin de pata negra. Matthieu ajoute à sa palette un rosé à la délicate saveur de pêche-abricot qui se tiendra aussi bien à table qu’à l’apéritif. Amateurs de rosé-piscine, allez noyer vos glaçons dans d’autres breuvages.

 

Harry Covert

Vente au restaurant Thomas, 6 rue Laurencin, Lyon 2. Prix propriété : Domaine des Crêts : mâcon-chardonnay L’échenault de serre 2015 : 14,70 €. Domaine Piéblanc : La Tuilière 2016, 10,90 € -  Les Hauts 2016, 16 €   - Rosé 2017, 9 €.

Laisser un commentaire