HamonTour de parler aux jeunes

On dit que le lien a été abîmé entre l’Église et l’État, c’est faux. Il a été coupé, et ce depuis 1905.” Quand Benoît Hamon commente le discours d’Emmanuel Macron au Collège des Bernardins, cela ressemble plus à une leçon d’histoire. “J’appelle ça une opération séduction vers l’électorat catholique conservateur. Mais si on commence à adapter la loi de 1905 selon son public, on ouvre la boîte de Pandore.” Bien que sa conférence fut intitulée “La Question de la Jeunesse”, Benoît Hamon ne s’est pas empêché de critiquer le Président de la République et son parti. Gérard Collomb n’est pas en reste : celui qu’il appelle “la star départementale” semble tenir une place particulière dans le viseur de l’ex-candidat PS, notamment lorsqu’il s’agit d’évoquer la gestion de l’ordre dans les universités: “Ça l’occupe beaucoup, je pense qu’il n’a pas dû assez jouer aux petits soldats quand il était petit. Ça lui aurait permis pourtant d’assumer mieux cette forme de virilisme au lieu de vouloir jouer avec des matraques”. En plus de qualifier de “lamentable” la circulaire Collomb, on appréciera la comparaison : “Même Pasqua n’avait pas mis en place une telle répression policière !”A  propos de la probable candidature de Caroline Collomb aux prochaines municipales, cela donne: “En Marche, c’est vraiment la modernité absolue : un mouvement dirigé par une personne, qui organise des transmissions dynastiques d’exécutifs locaux. Chapeau l’artiste.”

C’était donc ce mercredi que Benoît Hamon s’est rendu à Villeurbanne pour s’adresser principalement à la jeunesse. Étape clé dans son “Hamon Tour”, la conférence a attiré 550 personnes : “Une réussite” pour le comité Génération.s des jeunes de Lyon. À la sortie, des visages souriants dans l’ensemble, mais qui lui reprochent de ne pas cibler juste : “Je m’attendais à ce qu’il se positionne plus sur les mouvements étudiants dans la région, que l’absence de wi-fi à Tolbiac” déplore une militante.


Dans la salle, on s’étonnera de la présence de Nathalie Perrin-Gilbert, pourtant soutien de Jean-Luc Mélenchon en avril 2017, tout comme celle de Yann Crombecque, fraîchement élu Premier secrétaire fédéral du PS. Serait-ce une manière de répondre à l’appel de Hamon ? “
Nous serons présents avec toutes les forces de gauche qui le souhaitent aux prochaines échéances électorales, notamment les élections municipales.” assure ce dernier. La convergence des luttes peut-être.

      Julie Gaubert

Laisser un commentaire