Lyon-Turin : l’Italie va-t-elle enterrer le tunnel ?

Un TGV victime des incertitudes politiques

C’est reparti pour un tour (et pas deux) en Italie. Les dernières élections avaient fait craindre le pire pour  le chantier du TGV Lyon Turin. Un des deux partenaires de la coalition avortée, le mouvement 5 étoiles, en est un farouche opposant. Mais c’est surtout les programmes économiques des deux partis en tête qui font craindre pour la suite.


Ce contenu est réservé aux lecteur-trice.s abonné-e-s des Potins d'Angèle. Si vous souhaitez lire la suite de celui-ci, connectez-vous ci-dessous ou abonnez-vous.

Connexion pour les Utilisateurs enregistrés