POTINS DE LA SEMAINE

Candidats

À défaut d’annoncer qu’elle est bien décidée à mener sa propre liste pour la mairie de Lyon, Caroline Collomb promet à ses troupes la présence des candidats macronistes partout pour les prochaines municipales. Reste qu’à Villeurbanne comme dans bien d’autres communes, il n’est pas sûr que LREM (La République En Marche) soit en mesure de trouver assez de militants et sympathisants pour monter des listes complètes. À moins bien sûr que Caroline Collomb imagine déjà pouvoir passer des accords locaux ici avec Synergie, là avec des centristes et à Villeurbanne avec les socialistes...
Vedette

Lors de son déplacement à Lyon la semaine dernière, Benjamin Griveaux a eu droit à tous les honneurs. Ils s’étaient tous déplacés pour l’accueillir, à commencer par le maire de Lyon Georges Képénékian, le président de la Métropole David Kimelfeld, le préfet de Région Stéphane Bouillon et une palanquée de parlementaires. Lyon avait rarement fait autant pour un simple secrétaire d’État.

Vedette (2)

Deux élus lyonnais ont fait particulièrement fort pour figurer en bonne place à ses côtés sur les photos : il s’agit de Fouziya Bouzerda et Michel Le Faou dont on pourrait finir par croire qu’ils ont des ambitions personnelles pour les prochaines élections municipales.

Amabilité

Dans l’interview qu’il a donnée à Lyon People, Roland Bernard (voir ci-contre) n’a pas oublié Fouziya Bouzerda dans sa distribution d’amabilités. Interrogé sur sa compétence comme adjoint au commerce de Lyon, il répond :
« L’adjointe au Commerce n’a pas ce recul et cette analyse d’un chef d’entreprise ou d’un acteur économique. Elle vient d’une profession libérale, et n’a pas cette dimension économique que nous, chef d’entreprise et autres, nous ressentons ! ».

Courageux

À côté de la partie officielle de son déplacement à Lyon, Benjamin Griveaux a également participé à la petite sauterie qu’avait organisée Caroline Collomb pour les militants macronistes. Tout ce petit monde s’était donné rendez-vous sur les bords de Saône. Avec drapeaux aux armes et banderoles de leurs syndicats, les cheminots grévistes s’étaient invités. Ils ont fait éclater des pétards et ont sifflé copieusement les militants qui venaient assister à la réunion. Prudent, le service d’ordre a permis aux élus de rentrer discrètement par une porte latérale. Si le député Thomas Rudigoz en a profité, son collègue Cyrille Isaac-Sibille a décliné l’offre. Il est au contraire passé par l’entrée principale comme quoi, côté courage, les anciens centristes ont des leçons à prendre auprès de ceux qui sont restés fidèles au Modem...

Courtisé

Décidément, Mohamed Tria est l’un des Lyonnais les plus courtisés aujourd’hui. Tout le monde cherche à le rencontrer. Il y a quelques semaines, il était invité à l’Élysée lors de la sauterie organisée par Emmanuel Macron avec des représentants des banlieues. Il avait alors décliné l’invitation. Visiblement, le président de la République ne lui en a pas voulu. La semaine dernière, Benjamin Griveaux a tenu à rencontrer Tria lors de sa venue à La Duchère. Si Tria se lance aux élections municipales, on parie qu’il va être de
plus en plus courtisé.

Marianne
Autre élu qui occupe le haut de l’affiche, Christophe Guilloteau. Le président du Conseil départemental a droit à deux pleines pages dans le dernier numéro du Magazine des Marianne d’Or. Il y fait jeu égal avec le Premier ministre Édouard Philippe et le président du Conseil régional de PACA Renaud Muselier.

Contacts
Ceux qui veulent croiser Marion Maréchal (plus Le Pen) ont le choix. Ils peuvent traîner du côté de la Confluence où elle s’apprête à inaugurer très officiellement son futur institut de sciences politiques. Sinon, ils peuvent également aller s’attabler chez La Mère
Brazier dont l’ancienne député a fait sa cantine. C’est là, dans les petits salons discrets du premier étage qu’elle rencontre régulièrement des personnalités lyonnaises. Ce fut récemment le cas avec François Turcas, le président à vie de la CPME. Ce jour-là, par le plus grand des hasards, elle a pu également apercevoir le président du Medef Laurent Fiard qui déjeunait également chez Mathieu Viannay.

Photos

À propos de François Turcas, force est de reconnaître qu’il n’est absolument pas sectaire. Ceux qui sont récemment allés dans son bureau de la villa Bini dans le 9e arrondissement ont pu admirer les deux portraits qui trônent au-dessus de sa tête. Il y a côte à côte Emmanuel Macron et Vladimir Poutine. Ce dernier s’explique bien sûr par le fait que Turcas est également le consul honoraire de Russie à Lyon.

Courtisé
Un mot sur le Medef. Le président régional Patrick Martin a préféré jeter l’éponge avant la bataille. Il a retiré sa candidature et a préféré se rallier à Geoffroy Roux de Bezieux. Il est vrai que ses chances d’être élu étaient à peu près aussi grandes que celles de voir le PDG d’une multinationale renoncer à son parachute doré. Reste que grâce à sa candidature, Patrick Martin aura eu droit à son moment de gloire. Notamment la semaine dernière quand Le Canard Enchaîné lui a consacré un écho expliquant que l’ancien PDG d’AXA Henri de Castries roulait pour lui. Comme quoi, le soutien de Castries n’avait rien d’une assurance tous risques.

Voyages
Sénatrice de l’Ain et conseillère régionale, la centriste Sylvie Goy-Chavent aime les voyages. Surtout quand ils sont offerts par des gouvernements ou des pays étrangers. C’est ainsi que ces derniers mois, elle est allée deux fois à Moscou, les voyages étant financés une fois par la Douma, l’autre par la Fédération de Russie. Auparavant, notre sénatrice était déjà allée à Bahrein, en Azerbaïdjan et au Qatar aux frais des autorités de ces pays.

Caméras
Il y a des moments où l’on a l’impression que notre pays est tombé sur la tête. Prenez les caméras piéton dont sont équipées diverses polices municipales, notamment celles de Rillieux-la-Pape et de Saint-Étienne. Tout le monde, et le gouvernement en premier, s’accorde pour reconnaître que cet équipement est efficace et devra probablement être généralisé. Mais, dans l’attente d’un texte, les communes ont été priées de ne plus s’en équiper. Qu’importe ! Alexandre Vincendet à Rillieux et son collègue de Saint-Étienne Gaël Perdriau ont décidé de ne pas obéir à un texte aussi stupide. Aussi sec, sans craindre le ridicule, le préfet de la Loire a fait un signalement au Procureur de la République. C’est effectivement plus facile que de courir après les trafiquants de drogue.

Autoroute
Cette fois, les choses sont claires. L’A45 ne se fera pas. L’annonce officielle pourrait bien être faite le 6 juillet prochain. Ce jour là, le préfet Stéphane Bouillon organise une « réunion d’échanges » sur le sujet. À la lecture de la lettre d’invitation, le doute n’est plus
permis. Bouillon écrit : « Dans le prolongement des recommandations du Conseil d’orientation des infrastructures et de manière à éclairer le gouvernement dans le cadre de la préparation de la loi d’orientation des mobilités, il convient d’engager une analyse approfondie des solutions susceptibles d’être proposées en alternative au projet de l’A45 si celui-ci venait à ne pas être confirmé par le législateur. Ces solutions ont vocation à couvrir l’ensemble du champ du possible et donc aborder les divers modes de transport et leurs usages ». En tant qu’ancien ministre et ancien élève de l’ENA, Laurent Wauquiez
n’a certainement pas besoin d’un interprète pour comprendre que pour l’A45 les carottes sont cuites.

Laisser un commentaire