Le Progrès met la dernière touche au plan de départs des journalistes

Après plusieurs mois de négociations, on connaît enfin les conditions de départ dans le cadre du plan concocté par la direction du Progrès. Pour revenir à l’équilibre, le journal a en effet prévu de réduire très sensiblement ses effectifs. Notamment en ce qui concerne les journalistes qui pourraient être entre 40 et 70 à quitter la rédaction. En échange, le journal procéderait à l’embauche d’une quarantaine de jeunes. Ce plan doit encore être validé par la Directe en septembre 2018.

Cas n° 1 :

Ce sont les salariés déjà éligibles à la liquidation de la retraite de base de sécurité sociale à taux plein à la date de validation de l’accord par la Directe.

Indemnités de départ volontaire :

IDR (indemnité de départ en retraite) + 2 mois de salaire brut pour une ancienneté inférieure à 20 ans.

IDR + 4 mois pour une ancienneté entre 20 et 30 ans

IDR + 5 mois pour une ancienneté supérieure ou égale à 30 ans.

(L’IDR varie aussi en fonction de l’ancienneté. Elle peut atteindre 5 mois pour les salariés les plus anciens.

Cas n° 2 :

Le salarié doit justifier d’un départ à la retraite à taux plein dans un délai de 12 mois maximum. La date de début de ce délai doit se situer dans une période allant de la date de validation de l’accord jusqu’au 30 juin 2019 inclus.

En attendant la date de liquidation des droits à la retraite à taux plein, mise en place d’une période de dispense d’activité avec maintien d’une rémunération de 70 % bruts du salaire brut. La personne sera toujours salariée du Progrès durant cette période avec maintien de la mutuelle et des avantages CE.

Indemnités de départs : Jusqu’à 20 ans d’ancienneté : IDR + 6 mois. De 20 à 30 ans : IDR + 8 mois. Plus de 30 ans : IDR + 9 mois.

Cas n° 3 :

Concerne tous les salariés qui ont l’intention de quitter volontairement la société dans le cadre d’un projet professionnel ou personnel.

Concerne également les salariés qui peuvent liquider leur retraite à partir du 1er juillet 2020 et jusqu’au 30 juin 2023.Indemnités :

Bonifications en fonction du temps passé au chômage pour les plus de 10 ans d’ancienneté :

- Jusqu’à 12 mois à Pôle Emploi : bonification de 2 mois : 20 mois

- entre 12 mois et 24 mois à Pôle Emploi : bonification de 4 mois : 22 mois

- entre 24 et 36 mois à Pôle Emploi : bonification de 6 mois : 24 mois.

La durée de congé de reclassement sera de 6 mois, période de préavis incluse. Il pourra être prolongé de 2 fois 3 mois. Pendant cette période le salarié bénéficie d’une allocation de reclassement dont le montant brut est de 70 % de la rémunération brute moyenne.

Dans le cadre d’un plan de sauvetage de l’emploi, toutes les sommes perçues sont exemptes de charges d’impôts.

Laisser un commentaire