Inclassable, Erik Dietman

Une exposition retrace son œuvre au MBA

Bien qu’ayant traversé de nombreux courants artistiques, Erik Dietman ne s’y attache pas : « Dès qu’il y a plus de deux personnes, c’est une armée ». Et ça, il n’aime pas. Lui, l’objecteur de conscience. Le Musée des Beaux Arts lui rend hommage jusqu’au 17 septembre. Selon les époques de son œuvre, on trouve un méli-mélo de dessins, de sculptures, de compositions de collages, de peintures et de photos. Dans les année soixante, il joue avec les sparadraps : Objets pansés, objets pensés. Des portraits sont retouchés comme réparés, cicatrisés, raturés, barrés.


Ce contenu est réservé aux lecteur-trice.s abonné-e-s des Potins d'Angèle. Si vous souhaitez lire la suite de celui-ci, connectez-vous ci-dessous ou abonnez-vous.

Connexion pour les Utilisateurs enregistrés