Une claque pour les toques

Quel que soit le vote de la Métropole le 9 juillet sur la Cité de la gastronomie, le choix de l’exécutif est une nouvelle indication que l’influence des Toques blanches lyonnaises s’effrite : le projet auquel le président Marguin a participé a pris une claque. Ce personnage, qui s’auto-proclame « Poutine de la


Ce contenu est réservé aux lecteur-trice.s abonné-e-s des Potins d'Angèle. Si vous souhaitez lire la suite de celui-ci, connectez-vous ci-dessous ou abonnez-vous.

Connexion pour les Utilisateurs enregistrés