Mon Cher Ami,

Comme vous, j’ai passé un été merveilleux. J’étais sur les flots bleus de la Méditerranée qui, même lorsqu’ils sont agités par quelque tempête soudaine, restent infiniment moins sournois que l’agitation parisienne. J’ai suivi de loin les tribulations de ce sinistre personnage qui croit que veiller sur la sécurité de Sa


Ce contenu est réservé aux lecteur-trice.s abonné-e-s des Potins d'Angèle. Si vous souhaitez lire la suite de celui-ci, connectez-vous ci-dessous ou abonnez-vous.

Connexion pour les Utilisateurs enregistrés