Jorcin le terrible

Rue Mercière, le patron des Enfants terribles est le dernier des chefs historiques encore en cuisine Si le Lyon gastronomique se transforme avec une génération de chefs créatifs, la rue Mercière, elle, reste un ilot de Gaulois réfractaires au changement. Avec d’un côté les tables historiques des années quatre-vingt : le Bistrot


Ce contenu est réservé aux lecteur-trice.s abonné-e-s des Potins d'Angèle. Si vous souhaitez lire la suite de celui-ci, connectez-vous ci-dessous ou abonnez-vous.

Connexion pour les Utilisateurs enregistrés