370 monuments aux morts de la Grande Guerre à Lyon et dans le Rhône

Depuis le sur mesure jusqu’au standard customisable “Moi mon colon celle que je préfère, c’est la guerre de 14-18”, chantait  Georges Brassens qui n’aimait pas les militaires. A l’occasion du centenaire de l’armistice, les initiatives fleurissent comme des chrysanthèmes. Un livre vient de sortir, consacré aux monuments aux morts, dans


Ce contenu est réservé aux lecteur-trice.s abonné-e-s des Potins d'Angèle. Si vous souhaitez lire la suite de celui-ci, connectez-vous ci-dessous ou abonnez-vous.

Connexion pour les Utilisateurs enregistrés