Mon Cher Ami,

Sa Majesté est finalement nettement moins rancunière que ne l’était son illustre prédécesseur. Je veux parler du grand Louis le quatorzième qui ne pardonna jamais à son surintendant des finances Nicolas Fouquet d’avoir rivalisé avec lui en organisant des fêtes somptueuses et en étalant ses richesses en son somptueux château


Ce contenu est réservé aux lecteur-trice.s abonné-e-s des Potins d'Angèle. Si vous souhaitez lire la suite de celui-ci, connectez-vous ci-dessous ou abonnez-vous.

Connexion pour les Utilisateurs enregistrés