L’homme qui était son propre bateau et sa propre baignoire

Un spectacle chanté et joué, le récit loufoque  d’un siècle qui passe Le pianiste (Boris Mange) accueille le public sur une musique de bar à cocktails, sans dout adaptée à l’anniversaire de grand-mère, pas forcément à un spectacle aussi pétulant que “Life is a bathroom and I am a boat”.


Ce contenu est réservé aux lecteur-trice.s abonné-e-s des Potins d'Angèle. Si vous souhaitez lire la suite de celui-ci, connectez-vous ci-dessous ou abonnez-vous.

Connexion pour les Utilisateurs enregistrés