Jaunes pousses

A petits coups délicats et têtus, un revenant tout neuf toque à la porte. Ou plutôt à la coque. Ouvrons à cet oisillon de bonheur ! Qu’il répande son chant dans les prés ! Qu’il communique sa couleur accorte à tout arbre qu’il aborde ! Que le forsythia se tricote un léger gilet


Ce contenu est réservé aux lecteur-trice.s abonné-e-s des Potins d'Angèle. Si vous souhaitez lire la suite de celui-ci, connectez-vous ci-dessous ou abonnez-vous.

Connexion pour les Utilisateurs enregistrés