Potins de la semaine

Appellation Oubliant les mots aimables qu’il a employés pendant des années quand il parlait de Gérard Collomb, David Kimelfeld se refuse désormais à prononcer son nom. Il se contente de dire à son propos « mon prédécesseur ». Reste à regarder si Collomb va lui rendre la monnaie de sa pièce en le qualifiant de « mon intérimaire »


Ce contenu est réservé aux lecteur-trice.s abonné-e-s des Potins d'Angèle. Si vous souhaitez lire la suite de celui-ci, connectez-vous ci-dessous ou abonnez-vous.

Connexion pour les Utilisateurs enregistrés