Un petit bistrot tranquille qui ne le reste pas longtemps

Lulu invente la comédie à la demande

Le SIC, une nouvelle façon de faire du théâtre directement inspirée du RIC. Au début, tout se passe bien. La scène représente un petit bistrot bien franchouillard, il y a même un drapeau tricolore rangé dans un coin comme un parapluie. On entend “Douce France” de Charles Trenet. Il ne peut rien se passer d’autre. Ca ne vas pas durer longtemps, le patron manie déjà le balai et monte les chaises, il va fermer. Ou presque. Car voilà qu’un client force la porte. Non, il faut le laisser entrer, il a un rendez-vous ici, une fille rencontrée sur internet. Quand on voit la dégaine du mec, on espère qu’elle ne va pas venir. Deux, ça ferait trop. Déjà lui, Miguel : longs cheveux frisés de guérillero nicaraguais, imperméable d’inspecteur Gadget et lunettes à la Men In Black. Si on rajoute un étui à guitare qui n’a pas dû fréquenter beaucoup la musique !

Ca va chipoter tout de suite avec l’autre client : massif, sûr de lui, costume gris souris, et qui développe des théories dignes d’un représentant en photocopieur : Max. “T’es un communiste ?” Lui se définit plutôt comme patriote. Il ne manque plus qu’un centriste, ce qui est presque la définition d’un patron de bistrot,  toujours du côté qui paie sa tournée. Ajoutons que Macron vient visiter la région et que tout le quartier est en état de siège, ça va leur fournir un sujet de conversation. Et c’est là que tout change. Le spectacle s’arrête et on interroge le public. C’est lui qui va choisir la fin et pire encore : trouver des répliques. Les gens disent ce qui leur passe par la tête , -et certains ont dû avoir une journée pénible-, on écrit la phrase sur une ardoise et les comédiens devront reprendre l’histoire en improvisant, en calant cette phrase quelque part. Il y en a une bonne dizaine, de phrases. Certaines auraient mieux leur place dans les pages roses du Larousse et d’autres sur un marché aux poissons. Il faut faire avec.

C’est ça, le SIC : Spectacle d’Initiative Citoyenne. Ca donne des situations totalement ingérables. Comme quand Miguel n’arrive pas à déchiffrer ce qu’il y a sur son ardoise, que Max lui souffle de plus en plus fort mais que ça ne marche toujours pas et il finit par s’emporter “Même vos oreilles ne savent pas lire ! Bref la visite officielle du président de la République, vue de l’intérieur du bistrot, va se dérouler d’une manière qu’aucune télévision au monde n’oserait raconter.

Timéo Danaos

Douce France, Théâtre Lulu Sur La Colline, 60 rue Victor Lagrange, Lyon 7è, Tel  04 72 98 36 28

Laisser un commentaire