Mon Cher Ami

Une fois de plus, vous aviez raison. Pourtant, je vous l’avoue, j’ai bien cru que le cardinal Valentin irait au bout de son combat. Je n’ai pas voulu vous écouter lorsque vous m’affirmiez hilare que, cette fois encore, il trouverait une bonne excuse pour justifier sa défection. Si je n’ai


Ce contenu est réservé aux lecteur-trice.s abonné-e-s des Potins d'Angèle. Si vous souhaitez lire la suite de celui-ci, connectez-vous ci-dessous ou abonnez-vous.

Connexion pour les Utilisateurs enregistrés