Lettre de Richard Llung aux groupes politiques de la métropole

Richard Llung                                      (aux groupes politiques de la Métropole de Lyon)

                                                              Lyon, mercredi 4 juillet 2017

Mes cher.e.s collègues,

Le  6  juin  dernier,  j’ai  adressé  à  chacun  d’entre  vous  ma  profession  de  foi comme  candidat  à  la  présidence  de  la  métropole  de  Lyon.  Les  entretiens  que j’ai eus depuis avec plus d’un tiers des élus de notre assemblée me conduisent à revenir sur quelques uns des points essentiels échangés car ils sont au coeur du débat et de l’engagement que je prends désormais auprès de vous.

Ce  sont  finalement  les  questions  politiques  qui  ont  occupé  plus  longuement ces  conversations  et  pour  lesquelles  des  points  en  commun  apparaissent clairement,  même  lorsque  les  options  politiques  de  mes  interlocuteurs  étaient bien différentes des miennes.

Il s’agit à la fois de la préparation de l’échéance de  2020  pour  les  citoyens  et  de  la  manière  de  gouverner  la  métropole  avec toutes les sensibilités politiques. Sur  ce  dernier  sujet,  je  vous  énonce  d’abord  mon  intention  d’ouvrir  le  cabinet du  président  à  des  conseiller.e.s  issu.e.s  des  différentes  familles  politiques  de notre assemblée, dont le votre. Cette idée est conforme à l’esprit qui m’anime et  que  je  crois  nécessaire  pour  diriger  la  métropole  de  Lyon  autrement.  Cette manière  de  présider  sera  aussi  un  signe  pour  l’administration  que  les  temps changent  en  vue  d’instaurer  un  rapport  de  travail  rééquilibré,  avec  des  élu.e.s  qui travaillent et assument pleinement leur fonction. Concernant  la  commission  permanente,  je  souhaite  l’ouvrir  à  tous  les  groupes politiques  qui  n’y  sont  pas  aujourd’hui  représentés  :  parce  qu’elle  statue  par délégation  du  conseil  de  la  métropole,  les  composantes  politiques  de  celui-ci doivent  être  présentes  à  la  commission  permanente.  Cela  concerne  l’UDI,  Les Républicains, le Gram et sans doute le Front national, quoiqu’il ne constitue pas un groupe.

En revanche, je vous confirme ne pas souhaiter changer le périmètre politique de  la  majorité  actuelle.  Je  reste  fidèle  à  mon  positionnement  :  je  vous proposerai  de  compléter  l’exécutif  pour  les  postes  devenus  vacants  et  en présentant prioritairement des femmes.

A  la  métropole,  ce  qui  nous  réunit,  ce  sont  le  projet  de  territoire  et  le  fait métropolitain.  L’apparition  dans  des  élections  nationales  de  la  République  en Marche ne change pas le mandat que les électeurs nous ont confié en 2014 et qui  n’est  pas  terminé.  Parmi  les  élus  métropolitains  ralliés  à  ce  mouvement, beaucoup   voudraient   profiter   de   l’élection   d’un   nouveau   président   pour renouveler  tout  l’exécutif,  ainsi  que  la  commission  permanente.  Chacun.e  en comprend les visées : gagner sur tapis vert la métropole de Lyon. Mais l’article 3611-3  du  CGCT  n’oblige  en  rien  à  recourir  à  cette  procédure  spécifique  aux Conseils  départementaux. Un  renouvellement  complet  de  l’exécutif  et  de  la commission  permanente  suppose  que  le  Conseil  vote  majoritairement  et préalablement en faveur de cette option : y a-t-il une majorité pour cela ? Rien n’est moins sûr. Quant à ce que j’entends dans les couloirs de la métropole sur la formation d’un nouveau groupe LREM au Conseil, mais postérieurement à la séance du 10 juillet : pourquoi n’est-ce pas annoncé avant ? Parce qu’une telle majorité n’est pas acquise d’emblée.  

Le  candidat  présenté  comme  favori  ne  se  positionne  ni  politiquement  vis-à-vis du Conseil de la métropole — il fait partie du groupe Socialiste — ni même en son  nom  sur  aucun  des  enjeux  métropolitains  :  cette  ambiguïté  est-elle acceptable  quand  on  prétend  à  un  tel  niveau  de  responsabilité  ?  Que  chacun défende  ses  convictions  et  assume  sa  part  de  risque,  mais  dans  la  lumière.  Le vote d’un conseiller métropolitain est lui libre, personnel et secret.

Les électeurs ne se trompent pas d’élection. Le débat sur l’enjeu démocratique pour nos concitoyens est précisément le sujet majeur que nous avons à porter, concernant  la  place  des  maires  après  2020  et  les  modalités  d’élection  des Conseiller.e.s métropolitain.e.s, ce que je vais maintenant aborder.  

Après  une  consultation  de  quelques  jours  par  le  préfet,  ces  questions  ont  été réduites  à  ces  modalités  et  au  découpage  du  territoire  en  circonscriptions  qui ne  sont  rien  d’autre  que  des  cantons.  Ainsi,  notre  moderne  métropole  est-elle d’emblée   affublée   d’un   système   désuet   qui   est   source   de   difficultés supplémentaires. Ne pouvons nous pas innover ?

A  l’évidence,  le  principe  même  des  circonscriptions  dans  un  territoire  aussi resserré que celui de la métropole sera inévitablement source de tensions entre les élus communaux et des conseillers métropolitains conduits à se préoccuper de  leur  ancrage  territorial  plutôt  que  de  se  consacrer  pleinement  à  définir  la stratégie de la métropole : à chacun son rôle ! Une division cantonale rend plus aigüe encore la question de la place des communes et des maires en induisant la   question   du   poids   démographique   des   circonscriptions.   Sur   le   plan démocratique,  cela  ne  permet  pas  aux  citoyens  d’appréhender  avec  clarté  les enjeux   métropolitains   ni   d’identifier   clairement   à   quels   élus   ils   pourront demander  des  comptes.  Enfin,  ce  découpage  est  illisible  pour  le  public  :  il  ne correspond  pas  aux  conférences  des  maires,  ni  aux  communes  en  dehors  de Villeurbanne, ni aux arrondissements de Lyon.

La  loi  Maptam  a  été  promulguée,  l’ordonnance  a  été  ratifiée.  Mais  le  dernier mot est-il dit ? Non. Il dépend des élus de notre assemblée et de vous.

Nous  avons  encore  le  temps  de  nous  saisir  de  ces  débats  pour  obtenir  qu’ils aient  lieu.  Soyez  convaincu.e.s  que  notre  manière  de  prendre  collectivement position  sur  ces enjeux démocratiques  sera  particulièrement  observée  en France,   en   particulier   par  nos  concitoyens et par les  autres métropoles confrontées aux mêmes perspectives.  

Dès  lors  qu’elles  seront  votées  à  une  large  majorité,  les  positions  qui  seront adoptées  par  le  conseil  de  la  métropole  Lyon  auront  une  force  politique certaine,  soyez-en  sûr.e.s.  Nous  saurons  ensuite  solliciter  publiquement  le soutien  des  nouveaux  parlementaires  et  du  gouvernement,  pour  une  nouvelle ordonnance  concernant  les  modalités  d’élection et  une  modification  de  la  loi Maptam   si   nous   parvenons   à   une   proposition   solide   à   propos   de   la représentation des maires.  

Comment  y  parvenir  ?  Je  vous  propose  de  mettre  en  place  sans  délai  une instance  réunissant  tous  les  groupes  politiques  et  chargée  de  construire,  d’ici mars  2018,  des  propositions  susceptibles  d’être  largement  approuvées  par  le conseil   de   la   métropole   le   mois   suivant.   Quels   sont   nos   atouts   ?   Mes discussions  avec  les  élus  des  différents  groupes  montrent  que  nous  sommes d’accord  sur  l’enjeu  démocratique  et  surtout  sur  le  principe  même  de  bâtir ensemble une proposition métropolitaine. Quant à l’opportunité de l’action sur ce  sujet  :  si  nous  ne  nous  décidions  pas  maintenant,  quand  le  ferions-nous  ? Nous  sommes  face  à  un  choix  politique  important  pour  l’avenir  démocratique de la métropole et je suis résolu, comme président, à le porter avec vous. Quel autre candidat s’y engage ?

Sur   la   question   des   modalités   d’élection   des   futurs   Conseiller.e.s métropolitain.e.s,  je  suis  a  priori  favorable  au  principe  d’une  circonscription unique ; à un scrutin de liste à la proportionnelle en limitant la prime majoritaire à  25%  pour  favoriser  la  représentation  de  la  diversité  politique  ;  à  une composition   des   listes   comprenant   des   candidat.e.s,   à   parité,   issus obligatoirement  de  plusieurs  conférences  territoriales  des  maires  pour  garantir la représentation d’un nombre suffisant de territoires différents.

Mes   cher.e.s   collègues,   le  10   juillet   prochain   vous   choisirez   le   nouveau président de la métropole de Lyon en conscience par un vote qui relève certes des  élus  de  notre  assemblée,  mais  qui  est  aussi  scruté  par  les  citoyens,  n’en doutons pas. Rien n’est écrit par avance dans cette élection. La présidence ne se transmet pas par héritage. Elle ne s’exerce pas par intérim, sans faire l’effort d’acter  sa  candidature  ni  celui  de  s’engager  avec  clarté  préalablement  à  un vote, ni sans envie !  

Pour ma part, après cette période de consultation d’un grand nombre d’élus de toutes sensibilités qui m’ont permis de préciser mes propositions, j’ai choisi de vous écrire mes engagements en toute clarté. Ils seront tenus.

Richard Llung

Lire la suite de "Lettre de Richard Llung aux groupes politiques de la métropole"