Le Progrès : trois ans pour équilibrer les comptes

Le nouveau patron ne croit plus guère au papier et veut miser sur le digital

 

Cette fois, l’ère Lucas est bel et bien révolue. Les nouveaux patrons du Crédit Mutuel ne veulent plus continuer à jeter de l’argent dans le tonneau des Danaïdes que représentent les quotidiens regroupés au sein d’EBRA. Ils ont donné pour mission à Philippe Carli d’équilibrer les comptes de chaque journal d’ici trois ans. Lequel s’est engagé à ne pas vendre un seul titre d’ici cette échéance.

Vous devez vous connecter pour voir le contenu.SVP . Pas encore abonné ? Vous abonner