L.R. : duel entre Patrice Verchère et Alexandre Vincendet pour la future présidence de la fédé

Ces deux là ne risquent pas de partir en vacances ensemble de si tôt. Vendredi soir, Patrice Verchère et Alexandre Vincendet ont profité de la petite fête de rentrée de leur parti pour chacun de leur côté débuter activement leur campagne. Officiellement, la succession de Philippe Cochet à la tête de la fédération Les Républicains du Rhône n’est pas ouverte. Elle ne le sera pas avant l’élection du futur président national. Mais dans les faits, la bataille a bel et bien commencé.
Balayé aux législatives, le maire de Caluire ne briguera pas un nouveau mandat. Il a déjà choisi son poulain en la personne du jeune maire de Rillieux. Alexandre Vincendet qui fut d’ailleurs son collaborateur à Caluire dispose effectivement de quelques atouts. Il fait partie de ceux qui ont conquis une ville de gauche aux dernières municipales ; dans une vague macroniste il a raté de peu l’élection législative ; il a surtout obtenu un excellent score dans sa commune. Rien ne dit d’ailleurs que les électeurs ne vont pas être appelés à rejouer le match. L’élection d’Annissa Khedher fait l’objet d’un recours sur lequel le conseil constitutionnel n’a pas encore statué. On saura dans quelques semaines s’il annule ou au contraire confirme l’élection de la députée. Dans la première hypothèse, on imagine que les jeux seraient très ouverts. En effet, Annissa Khedher ne bénéficierait plus de la dynamique qui a suivi l’élection d’Emmanuel Macron à la présidentielle.
En face, l’avenir parlementaire de Patrice Verchère n’est pas suspendu à une décision du Conseil constitutionnel. Il est, avec Bernard Perrut, l’un des deux seuls députés du Rhône à avoir sauvé son siège en juin dernier. En tant que président du groupe majoritaire au Conseil régional, Verchère est un proche de Laurent Wauquiez. Lequel, s’il est comme c’est probable élu président de LR en décembre aura bien évidemment son mot à dire sur l’organisation future de la fédération du Rhône.
Patrice Verchère a quelques arguments à faire valoir pour briguer la présidence de la fédération. Il a l’expérience et connaît les élus et les militants ce qui est loin d’être négligeable dans une fédération divisée entre la ville et les champs. Comprenez la Métropole et le département du Nouveau Rhône.
Entre le président Philippe Cochet et le secrétaire départemental Michel Forissier, c’est aujourd’hui les élus urbains qui dominent la fédération. Leurs collègues ruraux ont le sentiment d’être maltraités alors que les deux députés (Verchère et Perrut)et deux sénatrices sur quatre (Elisabeth Lamure et Catherine di Folco) sont issus de leur territoire.
Quoi qu’il en soit, il est trop tôt pour lancer vraiment les « hostilités ». Les militants sont pour l’instant beaucoup plus concentrés sur le choix de leur futur président national. Dans le Rhône, le doute n’est pas permis. Il suffisait d’observer l’accueil que les locaux ont réservé vendredi à Laurent Wauquiez pour comprendre où va leur préférence. Le président du Conseil régional est assuré de faire un carton plein. Même Stéphane Guilland, le président du groupe LR au conseil municipal de Lyon, le soutient  très officiellement. Son ralliement est d’autant plus important qu’il est le fait d’un supporter de Bruno Le Maire lors des primaires de la droite.
G.A.
Vous devez vous connecter pour voir le contenu.SVP . Pas encore abonné ? Vous abonner