Emmanuel Macron se lâche :  et la tendresse, bordel !

Attention, danger !

C’est à se demander s’il n’existe pas un virus très particulier que l’on rencontre uniquement du côté du Faubourg Saint-Honoré. Une sorte d’infection nosocomiale qui frapperait tous les locataires de l’Élysée.

On se souvient de Nicolas Sarkozy dont les premiers signes de la maladie apparurent à travers son peu reluisant « casse-toi, pauvre con ». La phrase lui avait coûté politiquement cher, et pas seulement auprès d’une gauche prête à sauter sur la moindre incartade pour le dézinguer. Même son électorat traditionnel de droite n’avait que très modérément apprécié ce langage de charretier peu digne du personnage.
Son successeur ne fut pas épargné. Trahi par son ex-compagne, François Hollande reçut tel un uppercut dans les gencives son malencontreux « sans dents ». Là encore, les dégâts furent plus sévères du côté de ses amis que de ses adversaires.

Vous devez vous connecter pour voir le contenu.SVP . Pas encore abonné ? Vous abonner