Opéra : c’était plutôt  la bataille des gagne-petit

On a les batailles qu’on peut. Autrefois, c’était pour des motifs littéraires que l’on se querellait dans les salles de spectacle. L’histoire a conservé la mémoire des chahuts à répétition qu’ont connus les salles de spectacle parisiennes lors des représentations de la pièce de Victor Hugo. Pas sûr qu’on se souvienne longtemps de l’intervention des syndicats la semaine dernière à l’Opéra de Lyon. Rien à voir avec l’excellent spectacle (1) donné ce soir-là.

Vous devez vous connecter pour voir le contenu.SVP . Pas encore abonné ? Vous abonner