Mon cher ami,

Quelle surprise dimanche en lisant la Gazette du septième jour. J’avais oublié mes bésicles et mon grand âge aidant, j’ai éprouvé quelques difficultés à lire le portrait qu’a livré le duc Charles-Eugène de Wurtemberg de notre bon Roy. Au départ, je l’avoue, je n’avais point saisi qu’il parlait de Sa Majesté. J’ai tout d’abord cru que le duc parlait de lui-même lorsqu’il évoquait le désert de l’âme, l’enfant capricieux et l’adulte arrogant, l’ambition personnelle et l’ego sur-dilaté. Était-ce son autoportrait qu’il nous livrait ainsi avec une telle lucidité ? Était-ce lui dont il parlait quand il évoquait cette capacité à diviser les sujets du Royaume ?

Vous devez vous connecter pour voir le contenu.SVP . Pas encore abonné ? Vous abonner