Le centriste Mignola perd la deuxième manche face à Wauquiez

On allait voir ce qu’on allait voir. Jeudi dernier, quelques heures avant le choix par les centristes du nouveau président de leur groupe désormais unique, Patrick Mignola se frottait déjà les mains. « On va effacer le 29 novembre », se réjouissait-il, persuadé que ses collègues centristes allaient le désigner (en duo avec Romain Champel) pour coprésider le groupe de 31 élus.

Vous devez vous connecter pour voir le contenu.SVP . Pas encore abonné ? Vous abonner