Que sont devenus  les acteurs de l’affaire Millon ?

Le 20 mars 1998, le président de la Région est élu avec les voix des élus FN

Il est peu d’événements politiques locaux dont les conséquences auront été aussi importantes pour l’avenir. Voilà très exactement vingt ans, Charles Millon acceptait les voix des élus du Front National pour se faire élire président du Conseil régional. Sans cette faute qui a fait de lui le vilain petit canard de la droite et du centre, le paysage politique local (et peut-être national) aurait été bien différent. Celui qui avait été à la fois proche de Raymond Barre et ministre de la Défense de Jacques Chirac n’aurait très probablement eu aucun problème pour se faire élire maire de Lyon en 2001. On voit mal comment le RPR et les centristes ne se seraient pas rangés derrière lui. Du coup, le socialiste Gérard Collomb serait demeuré l’éternel loser qu’il était à l’époque. Point de ministère de l’Intérieur pour lui ; et point de soutien possible du maire de la deuxième ville de France à un Emmanuel Macron dont l’histoire aurait peut-être été toute autre.

Vous devez vous connecter pour voir le contenu.SVP . Pas encore abonné ? Vous abonner