Kimelfeld libre de ses choix

Résolument optimiste, David Kimelfeld veut croire en ses chances de s’imposer à la Métropole. L’un de ses atouts réside à ses yeux dans sa position d’homme libre :
« Au soir du premier tour, je n’aurai pas à téléphoner aux état-majors parisiens. Je serais libre de décider ici de notre stratégie. Pour Renaud Payre, ce sera une autre histoire. Entre le PS, le PC, Nouvelle Donne et la France Insoumise qui ont des positions différentes, ça risque d’être un joli bordel ».

Vous devez vous connecter pour voir le contenu.SVP . Pas encore abonné ? Vous abonner