Mon Cher Ami

Quelle tristesse ! Voilà des semaines que nul ami, nulle connaissance n’a frappé à la porte de mon domaine de Ferney. La peur de cette méchante maladie qui galope à travers le monde fait bien des ravages auprès d’une humanité qui veut se persuader que vivre c’est d’abord ne prendre aucun risque. À Versailles, à Genève, chez la Grande Catherine ou sur les terres papales, on se confine pour échapper à cette épidémie pernicieuse dont on ne pensait point qu’elle pourrait revenir dans les temps modernes qui sont les nôtres.

Vous devez vous connecter pour voir le contenu.SVP . Pas encore abonné ? Vous abonner