Baba fait la grenouille

Pour certains restaurateurs, la vente à emporter est une planche de salut. Pour Thomas Védrine, c’est une spécialité.

Voir la vie en rose au temps du corona, c’est possible. Il suffit d’arriver en matinée aux halles Paul Bocuse côté rue de Bonnel : un parfum de persillade et de beurre moussu vous grimpe aux naseaux. C’est ainsi que Thomas Védrine, le patron de Baba la grenouille, vous souhaite la bienvenue. S’il y en a un qui ne se plaint pas, c’est bien lui. Pendant le confinement, le volume de grenouilles cuisinées a certes baissé, passant de 150 à 50 kilos par semaine. Mais au prix de 50 € le kilo, c’est suffisant pour tenir le coup pendant une crise sanitaire et financière.

Vous devez vous connecter pour voir le contenu.SVP . Pas encore abonné ? Vous abonner