Mon Cher Ami,

Vous avez comme moi lu les déclarations de l’ambitieuse marquise de Bièvres dans l’édition dominicale de la Gazette de Lyon. Je vous l’avoue, j’ai d’abord cru qu’elle s’apprêtait à franchir le rubicon local pour voler de ses propres ailes et s’allier demain avec le baron de Keyserling, le puissant du Conseil de Lyon et des villages alentours.

Vous devez vous connecter pour voir le contenu.SVP . Pas encore abonné ? Vous abonner