Comédie Odéon : de l’évasion et de la comédie

Un mix qui rappelle le Théâtre du Rond Point

Rue Grolée. Une vraie façade de théâtre avec des affiches partout. Un bar tout en longueur, des tables et chaises pour patienter en attendant le spectacle avec une assiette de casse-croûte et un verre. À l’intérieur : trois cents places en comptant le balcon. C’est le plus grand des cafés-théâtres ou le plus petit des théâtres. Une salle intermédiaire entre Gerson et Tête d’Or.

Autrefois, c’était le CNP Grôlée. Roger Planchon l’a vendu quand il a liquidé ses actifs. En 2013, Stéphane Casez l’a transformé en théâtre et l’a exploité pendant un an. Julien Poncet l’a repris en 2015. À l’intérieur, c’est vraiment un théâtre : des fauteuils en velours rouge, numérotés, une vraie grande scène avec des décors, une vraie régie lumière et son. Pourtant le ticket d’entrée reste modéré, avec une moyenne autour de 17 euros. La Comédie Odéon propose une programmation extrêmement diverse, souvent inattendue, passant de la comédie aux spectacles plus oniriques, comme Le Porteur d’Histoires, qui affiche déjà plus de 42 000 spectateurs.

Du théâtre privé, exigeant, mais toujours très grand public. Deux créneaux horaires : celui de 19 heures, avec un « spectacle d’évasion » et celui de 21 heures avec une comédie. Beaucoup de créations à son actif, car l’Odéon est producteur. Une fois qu’une pièce est en place, elle tourne, à Paris aux Bouffes du Nord, à Marseille à la Criée. C’est ici à Lyon qu’a été étrenné Les 1001 vies des urgences, tiré du best seller de Baptiste Beaulieu, mis en scène par Arthur Jugnot, avec Axel Auriant. Mais on peut y croiser aussi Yvette Leglaire, dans son dernier tour de chant dépressif. Ou Jacques Chambon, dans Les Sentinelles. Ou Antoine Demor et Victor Rossi dans Le Prix de l’Ascension, une comédie féroce et drôle sur deux jeunes ambitieux en politique.

La Comédie Odéon tourne 7 jours sur 7, en variant les genres et les publics. On y trouve des spectacles pour enfants (quand c’est la saison des enfants) ou même des chansons. Toujours la même exigence : du texte, un vrai sujet, accessible à tous. Julien Poncet va faire son marché un peu partout en France pour monter sa programmation, bien sûr beaucoup dans la région, bien sûr aussi à Avignon. Avec une moyenne de 68 000 spectateurs par an, il a réussi à trouver l’équilibre pour cette salle de jauge moyenne. À la réouverture, des spectacles comme ceux de Patrick Timsit, Patrick Caubère, Pierre Palmade, attendent des dates.

Pierre Gandonnière
Comédie Odéon
6, rue Grolée – Lyon 2e. Tél. : 04 78 82 86 30.