Mon Cher Ami,

Indécent ! Les amis politiques du duc de Brunschwig n’ont pas de mots trop durs pour qualifier ses déclarations publiques à propos de son espoir de conserver son siège au Sénat. Au lendemain de sa cuisante défaite dans son combat pour conquérir la présidence du Conseil de Lyon et des villages alentour, l’ancien puissant d’Oullins s’est précipité pour faire ses confidences à un gazetier lyonnais. Il aurait pu tenter d’analyser les raisons de sa déroute face aux jeunes amis de la Terre. Au lieu de cela, il tente de jeter la faute sur ceux qui ne se sont pas déplacés. Et surtout, oubliant qu’il a conduit ses amis dans une impasse, il s’empresse de préserver son propre avenir.

Vous devez vous connecter pour voir le contenu.SVP . Pas encore abonné ? Vous abonner